Comment bien choisir son chirurgien

Comment bien choisir son chirurgien

Comment bien choisir son chirurgien

Comment bien choisir son chirurgien

i. Lorsque les méthodes conservatrices ne suffisent pas à soulager les engourdissements, les douleurs de la main et du poignet et si une perte de la perception du toucher apparaît, la chirurgie de décompression du canal carpien devient nécessaire sans délai pour éviter les séquelles permanentes et irréversibles.
Le nerf médian peut être décomprimé par deux approches : la chirurgie traditionnelle ouverte ou la chirurgie endoscopique.
Pour obtenir les meilleurs résultats et réduire le risque de souffrir de complications ou de séquelles permanentes, Il est essentiel de bien choisir son chirurgien.

Voici les étapes à suivre afin de prendre une bonne éclairée.

1. Faire ses recherches
Il est important de faire ses propres recherches pour comprendre son problème et les alternatives pour se soigner. Chaque patient est un individu unique et chaque personne mérite d’être soignée de manière personnalisée. Les choix doivent se faire en fonction des caractéristiques propres du mode de vie de la personne affectée par le syndrome du canal carpien.
Il est utile de demander à son médecin de famille et à son entourage de recommander un spécialiste. Il est aussi recommandé de faire ses propres recherches sur les médecins spécialisés dans le domaine et l’accès aux technologies de l’information permet aujourd’hui de le faire depuis le confort de son domicile.

2. Opter pour un spécialiste de la chirurgie de la main
Comme l’œil, la main est un instrument extrêmement complexe du corps humain qui est utilisé pour toutes les activités de la vie quotidienne, incluant la communication et la perception de l’environnement.
Lorsque la chirurgie est nécessaire, il est donc prudent de confier ses mains à un spécialiste expérimenté dont la pratique est consacrée à la chirurgie de la main. Les études démontrent que les résultats s’améliorent avec l’expérience et donc le nombre d’interventions réalisées par le spécialiste.
Il ne faut pas hésiter à s’informer sur la formation, et l’expérience de votre praticien.Il n’y a pas de petite chirurgie car les conséquences peuvent être sérieuses et permanentes.

3. La consultation
Préparez vous à votre consultation en pensant aux questions que vous souhaitez aborder. Il est toujours utile d’être accompagné pour favoriser la rétention des informations. Il ne faut pas hésiter à demander un rapport écrit de votre consultation pour votre médecin traitant et vous même. Vous souhaiterez probablement le relire.
Une relation de confiance est essentielle avant une chirurgie car des complications sont toujours possibles même si elles sont rares. Il est important que le patient se sente à l’aise d’aborder ses inquiétudes et ses préoccupations.

4. Vérifier les méthodes de paiement
Il est nécessaire de s’informer des coûts relatifs éventuels à votre intervention. Vérifiez aussi les options de financement ou de remboursement par une assurance, ou dans certains cas l’employeur.

ii. Erreurs fréquentes par le patient et son médecin

1. Ignorer le diagnostic
Il n’est jamais normal d’avoir des engourdissements ou une perte de sensibilité dans la main. il est important, dès que des symptômes apparaissent, de se documenter, de faire de la recherche, de consulter un médecin ou un autre spécialiste de la santé pour connaitre son diagnostic. Des séquelles irréversibles et perpétuelles (perte permanente de la sensibilité et paralysie du pouce) sont possibles lorsque les délais avant le traitement dépassent 6 à 12 mois.

2. Tarder à se faire soigner
Attendre de se faire soigner par difficulté d’accès ou par négligence. Les patients attendent parfois que « cela se passe tout seul ». Des séquelles permanentes sont souvent la conséquence des délais trop longs.

3. Porter une orthèse trop longtemps
L’orthèse doit être portée de nuit pendant trois à six semaines et doit ensuite être abandonnée pour pouvoir vérifier l’efficacité du traitement (résolution complète des symptômes). Il est erroné de poursuivre le port de l’orthèse pendant plusieurs mois parce que des séquelles irréversibles peuvent s’installer (perte permanente de la sensibilité et paralysie du pouce). Il est important d’identifier la cause de la pathologie et de la corriger.

4. Répéter des infiltrations de cortisone
Il s’agit d’une erreur commune qui peut mener à des séquelles permanentes et irréversibles car la cortisone soulage de manière temporaire les symptômes. La compression peut se poursuivre alors que les symptômes sont masqués artificiellement. Cette décision devrait être prise par un spécialiste de la chirurgie de la main.

5. Ne pas se renseigner suffisamment
Se faire opérer sans être parfaitement au fait des différentes options qui existent. La chirurgie endoscopique est une excellente option car elle est moins invasive que la chirurgie traditionnelle. N’hésitez pas à bien vous documenter et à interroger votre chirurgien de la main.

Soignez vous-même votre syndrome du canal carpien: Votre guide pratique d’autoguérison

Donnez-nous votre courriel afin de recevoir votre guide gratuitement


ebook 

Merci! Consultez votre boîte courriel, nous vous avons envoyé un message. Dans un premier temps, vous devrez vous inscrire à notre liste d'envoi. Puis, vous recevrez votre guide gratuitement!